A proposito di:

interculturalità - scuola - letture - frivolezze - risparmio - letteratura greca - creatività - viaggi - giardinaggio .. e bizzarrie varie.

mercoledì 15 dicembre 2010

Des villes.. delle città

Alors, cette fois on commence par Paris...

Paris est une vieille dame ; elle habite dans une immense villa, qui a une centaine de chambres, toujours inutilisées. Car Paris reste tout le jour dans un spacieux salon, assise sur son trône, à lire des livres, à écouter de la musique, et surtout à regarder les magnifiques tableaux qui entourent la salle : ce sont des tableaux de Monet, de Cezanne, de Van Gogh, qu'elle a achetés dans tout le monde grâce à son goût et même grâce à ses connaissances et à sa beauté du temps passé. Elle est pleine de serviteurs et de valets toujours très efficients et disponibles : si quelqu'un d'eux essaie une seule fois de ne pas répondre à son appelle ou d'accomplir d'une manière mauvaise les ordres qu'elle donne, c'est fini. Voilà. Il est tout de suite licencié.
Elle est bien habillée, Paris, car dans sa vieille et énorme maison il y a toujours des courants d'air.
Paris sort de la maison seulement une fois par semaine, pour aller jouer du tennis: il y avait une période, où elle était presque une championne, au tennis, mais c'était il y a longtemps. Aujourd'hui, elle joue simplement comme une vieille dame, mais elle déteste d'être critiquée, ainsi que d'être battue. Le gardien du champ de tennis le sait bien et cherche toujours de jouer avec elle d'une manière pas trop compétitive. 
Paris a deux nièces, qu'elle adore et qu'elle gâte. Elle leurs achète chaque jour une robe différente, ou sinon des trucs d'informatique, des DVD et - voilà la chose qu'elles préfèrent! - des chaussures élégantes… tout ce qu'elles demandent. Parce que, en effet, elles sont très belles et charmantes, et ce n'est pas du tout facile leurs dire de non. Paris est intraitable, hargneuse, présomptueuse, mais quand elle marche par la ville avec ses deux nièces bras dessus bras dessous, elle redevient jeune, solaire, ses yeux étincèlent et c'est comme s'il y avait du soleil après un long hiver.

Firenze, invece...
Firenze ha i capelli rossi, corti, da maschio, ma non è solo da quello che lo capisci, che è lesbica. Lo capisci anche dai suoi modi scontrosi e bruschi, dallo zaino che porta sempre al posto della borsetta, e forse anche un po' dal taglio degli occhi, così corrucciati eppure così misteriosamente curiosi ed avidi. E' iscritta a Rifondazione Comunista, e dunque è sempre un po' incazzata, sempre frustrata per non poter dire la sua, sempre accigliata perché le cose non vanno mai come dovrebbero andare. Ma è grintosa, e non per questo smette di combattere. Le piace vestire attillato, e forse anche un po' troppo, ché a fine giornata si sente sempre un poco soffocare, dentro a quei jeans oramai lavati troppe volte e a quella maglietta sportiva un po' lisa, ma che le fa un bel seno, non c'è che dire. I capelli bianchi cominciano a fare capolino sulla testa sbarazzina di Firenze, ma certo lei non ha nessuna intenzione di tingerseli: se anche diventerà tutta candida, il rosso - come ama dire - le resterà sempre nel cuore.

7 commenti:

  1. Davvero?? A volte i più apprezzati sono veramente quelli a cui l'autore non darebbe due soldi! Buon tutto, carissima!

    RispondiElimina
  2. Un post in francese! Non mi sarei mai aspettato un testo francese. Qualche rimasuglio mi è rimasto e ho capito quasi tutto. Su www va di moda solo l'inglese, che insomma, non è proprio una bella lingua... :-)

    RispondiElimina
  3. Eh, caro Comiz, il francese è una lingua a me molto cara, che ho praticato sicuramente più dell'arido inglese (con tutto il rispetto!). Inoltre, visto l'argomento e la scelta della città, e visto anche che so di aver almeno un lettore francofono, ho deciso di fare questa mattata e di cambiare per un momento lingua!

    RispondiElimina
  4. J'adore !
    Et ton français -à part 2/3 erreurs- est toujours aussi bon...

    RispondiElimina
  5. :) ...et biens, qu'attends-tu pour me signaler quels sont les erreurs?! Je ne m'offend(s?) pas si tu les dis en public! Je me rappelle encore avec plaisir des conversations avec toi et Florent, correcteurs acharnés! Bisous et merci!

    RispondiElimina
  6. - "dans tout le monde" : ça ne se dit pas vraiment, choisis plutôt à travers le monde.
    - "jouer du tennis" : jouer au tennis.
    - "elle déteste d'être critiquée, ainsi que d'être battue" : elle déteste être critiquée ainsi qu'être battue.

    Voilà, c'est pas des grosses fautes. Mais je suis content de pouvoir te lire en français, ça me permet d'apprécier enfin ton style que je devinais quelque peu en italien. Bref, j'aime beaucoup !

    RispondiElimina